LE CNRA

  1. Accueil
  2. /
  3. Le CNRA

MOT DU DG


Chers Partenaires, chers Collègues, chers frères et sœurs de la famille CNRA,
A l’entame de cette ère que j’espère nouvelle pour notre chère maison, le CNRA, j’ai le plaisir, la fierté et l’honneur de vous adresser mes meilleurs vœux de santé, de bonheur de prospérité et de totale réussite pour l’année 2023.

Malgré les nombreuses crises qui ont durement frappé la Côte d’Ivoire depuis 2018, notamment la crise sanitaire de la Covid-19 et ses conséquences socio-économique, les fluctuations défavorables des principaux produits d’exportation agricoles et plus récemment, la crise Russo-Ukrainienne, de nombreux progrès ont été réalisés dans le sens de la mise en œuvre du Plan de Restructuration du CNRA. Cet important projet était annoncé depuis 4 ans mais a connu, pour différentes raisons, des difficultés à être véritablement lancé. L’ambition de ce projet, décidé par l’Etat de Côte d’Ivoire en mai 2018 est de “transformer le CNRA en une Société économiquement viable avec une gouvernance et des finances assainies, qui lui permettent de jouer pleinement son rôle dans le cadre des services agricoles: celui de générer des connaissances et des innovations à même d’accompagner la modernisation et la transformation structurelle de l’agriculture en Côte d’Ivoire pour en faire un levier performant de développement durable”.

Les années 2021 et 2022 ont vu d’importantes actions entreprises par l’Etat de Côte d’Ivoire en faveur du CNRA. Il s’est agi notamment de l’élaboration et de la signature d’un Contrat de Performance pour la mise en œuvre effective du Plan de Restructuration, de la reconduction et le renforcement, par le Gouvernement, en Septembre 2022, des dispositions de la décision de 2018 portant restructuration et redynamisation du CNRA, et plus récemment, du rattachement officiel du CNRA au Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MEMINADER) afin de mieux accompagner la réforme et assurer une meilleure coordination des services agricoles.

Je voudrais, donc, adresser mes sincères remerciements à l’Etat de Côte d’Ivoire et tous nos partenaires qui ne cessent de nous manifester leur confiance. Mes félicitations et mes encouragements vont aussi à l’endroit de tout le personnel du CNRA dont l’engagement nous permet d’aborder l’avenir avec sérénité et détermination.

En dépit de ces acquis, nous ne saurions occulter les nombreux efforts qu’ils nous restent à faire notamment en matière de mobilisation des ressources, d’optimisation des charges du personnel, de sécurisation du patrimoine foncier, de révision de la politique de recrutement notamment du personnel scientifique et de valorisation des chercheurs et de renforcement du contrôle interne notamment au niveau des unités opérationnelles. Beaucoup d’efforts doivent aussi être faits dans le domaine éthique: la lutte contre les inéquités et les comportements déviants doit être un principe permanent dans les attitudes de tous. Par ailleurs, le défi de la mise en place d’une organisation plus efficace et adaptée aux enjeux actuels, reste entier.L’Etat est conscient de nos efforts et s’engage à nous accompagner vers le succès. Cela passe par davantage de sacrifices à consentir au sein de l’entreprise. Il s’agira pour nous, en priorité, de procéder à un changement de paradigme et de mentalité. Cela doit commencer par reconnaître le CNRA en tant qu’une entreprise au service de l’Etat et du citoyen Ivoirien et non comme un “autre service de l’Etat”. Je souhaite que les engagements que nous avons pris vis-à-vis de l’Etat de Côte d’Ivoire et les défis futurs auxquels nous devons faire face, soient des combats communs. J’exhorte chacun de vous à un dépassement de soi à cet effet. Pour ma part, je m’engage à travailler sans relâche pour l’amélioration des ressources et des conditions de vie des travailleurs, le rajeunissement du personnel et une plus grande inclusion féminine pour favoriser l’engagement de tous. Je reste très confiant parce que conscient de la valeur de notre capital humain, reconnu par nos nombreux partenaires, et dont je suis particulièrement fier.

Bonne Année 2023.

Tous en ordre de bataille pour la fondation d’un CNRA nouveau, assaini et performant.

Le Directeur Général

Prof. SANGARE Abdourahamane

Lire + / –

Presentation

Le CNRA , Centre National de Recherche Agronomique de Côte d’Ivoire a été crée en 1998 suite à la dissolution de plusieurs structures de recherche (IDEFOR, IDESSA, CIRT) dans le but de mieux coordonner la recherche agronomique afin d’obtenir de meileurs résultats. Le CNRA regroupe ainsi plusieurs sites répartis sur l’ensemble du territoire ivoirien. Chaque site se compose d’un ensemble de Stations de Recherche rattachées administrativement à une Direction Régionale (Dreg).

Le Centre National de Recherche Agronomique a principalement pour objet :

  • L’accroissement durable de la production et de la productivité dans les domaines agricoles et agro-industriels par:
    • des recherches sur les productions végétales, animales, forestières, les systèmes de productions, les méthodes de conservation et de transformation, ainsi que par l’adaptation des innovations technologiques en milieu rural
    • le transfert des acquis scientifiques et techniques auprès des opérateurs publics ou/et privés, locaux ou/et extérieurs
  • La conservation et la valorisation du patrimoine scientifique et technique, des droits incorporels et des biens mobiliers et immobiliers qui auront été mis à sa disposition par l’Etat ou acquis par la société dans le cadre de son objet
  • Et, plus généralement, toutes activités de recherches agronomiques et technologiques et toutes opérations agricoles, industrielles ou commerciales, immobilières ou financières, y compris toutes prises de participation dans d’autres sociétés ayant leur siège en Côte d’Ivoire ou dans d’autres pays, pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou susceptibles d’en faciliter la réalisation ou le développement

Le CNRA a pour missions de :

  • Initier et exécuter des recherches en vue d’assurer :
    • l’amélioration des cultures destinées à l’exportation, l’amélioration de la productivité des cultures vivrières indispensables à la sécurité alimentaire et susceptibles, à terme, de faire reculer la pauvreté de facon significative,
    • la promotion et le développement de nouveaux produits exportables,
    • l’intensification et la stabilisation des systèmes d’élevage et de systèmes régionaux à base de vivriers, en intégrant l’élevage et l’introduction des différents arbres utilitaires, Ã travers une modernisation de l’exploitation, par la gestion durable des sols, la gestion intégrale des déprédateurs, la gestion des eaux, etc., la mise au point de techniques respectant l’environnement et adaptées aux besoins des producteurs et des productrices à faibles revenus,
    • l’amélioration et la diversification des produits d’origine animale,
    • la dynamisation de la recherche technologique, notamment la conservation, la transformation des produits agricoles et l’adaptation de la petite technologie en milieu rural,
  • Mobiliser autour de la recherche agronomique nationale, au plan financier comme au plan technique, les partenaires privés incluant les OPA et l’Etat, afin de garantir et pérenniser ses ressources financières et les compétences pour l’exécution des activités ;
  • Doter les services de la recherche agronomique d’une capacité de propositions, de moyens humains, matériels et financiers en rapport avec la demande ;
  • Apporter un appui aux groupes sociaux les plus vulnérables (femmes, petits exploitants, jeunes déscolarisés, etc.) par la formation technique et professionnelle aux métiers de la terre dans les centres de recherche et de production spécialisés.

Les Directions regionales du CNRA

Directeur général du CNRA

LES PARTENAIRES DU CNRA